PALM : révolutionner l'accès aux talents en entreprise

Voir tous les Ă©pisodes

Vous êtes sur le résumé écrit de l’épisode. Pour l’écouter, cliquez le bouton Play juste au-dessus.

Vous pouvez aussi :

Ă©couter sur Spotify

Ă©couter sur Apple Podcasts

Ă©couter sur Anchor

‍

__

Aujourd’hui je reçois Hela Atmani, CEO et cofondatrice de PALM, solution de talent intelligence. L’ambition de PALM ? Simplifier les processus complexes de développement et de rétention des talents. En effet, l’outil vise à aider les entreprises à utiliser les données RH pour prendre les bonnes décisions en termes de détection des compétences et de développement des carrières.


Au sommaire :

Pourquoi avoir lancé PALM

Comment utiliser le réseau comme levier de croissance

Comment impliquer ses clients dans le développement de son produit


Bonne lecture :)


‍



Pourquoi avoir lancé PALM


Palm se positionne comme réponse à des problématiques RH actuelles :

Constat n°1: les compétences sont de plus en plus éphémères


Pour comprendre ce qu’est PALM, il me semble important de parler d’une réalité dont je n’avais pas conscience avant de discuter avec Hela. Et pour cela, rien de tel que des chiffres : 


  • En 2030, entre 30 et 40% des tâches du quotidien seront automatisĂ©es. Cela  concerne environ 6 professions sur 10. 


  • Aujourd’hui, la durĂ©e de vie d’une compĂ©tence est comprise entre 12 et 18 mois,  contre une dizaine d’annĂ©es en 1940. 


Cela s’explique notamment par l’évolution rapide du monde du travail : les entreprises basculent fortement vers le “tout numérique”, ce qui implique de nouveaux usages, et donc de nouvelles compétences


Constat n°2 : la guerre des talents s’accentue 


Beaucoup de RH confient avoir du mal à recruter. Certains expliquent même que les personnes prises en CDI ne se présentent pas à leur première journée de travail.  


On comprend donc qu’il est plus important que jamais de retenir les talents en interne. C’est d’autant plus vrai à l’heure où un message sur Linkedin peut suffire pour convaincre un salarié de venir travailler ailleurs.


Constat n°3 : les façons de travailler changent 


Le monde du travail est en pleine mutation. Comment ça se traduit ? Voici quelques exemples :  


  • Le tĂ©lĂ©travail, boudĂ© pendant de longues annĂ©es, est devenu une rĂ©alitĂ© pour beaucoup de salariĂ©s.


  • Le travail en mode projet devient de plus en plus commun. On dĂ©veloppe ainsi de nouvelles compĂ©tences sans forcĂ©ment changer de mĂ©tier.


  • Les entreprises n’hĂ©sitent pas Ă  solliciter des expertises en externe, notamment via des freelances. 




Face à cette réalité, les entreprises prennent conscience qu’il est primordial de savoir cartographier les compétences qu’elles ont en interne. Il faut en effet savoir garder les talents, leur proposer les bons projets ainsi que des opportunités d’évolution pertinentes.


C’est précisément ce que propose PALM, en accompagnant les entreprises à détecter et valoriser les compétences de leurs collaborateurs. Ces derniers disposent ainsi d’une visibilité sur leurs compétences, mais aussi sur des opportunités de carrière. Côté manager, cela permet de donner de la visibilité sur les compétences de leurs équipes. 



Après avoir donné ces éléments de contexte, je propose à Hela de discuter d’un sujet qu’elle maîtrise parfaitement : la construction d’un réseau solide, et la communication autour de son produit. 




‍

Comment utiliser le réseau comme levier de croissance ? 


Identifier des partenaires 


Quand on est une startup ou une petite entreprise, il est important de trouver des relais de visibilité et de notoriété. Plutôt que d’adresser le marché entreprise par entreprise, s’appuyer sur ces relais de croissance permet de toucher plus de monde, plus rapidement. 


Ces partenaires peuvent être technologiques. Par exemple, les acteurs du Cloud s’intéressent beaucoup aux startups. Il existe aussi des programmes d’accompagnement qui sont des bons canaux de visibilité, mais aussi de crédibilité. 


Il est aussi intéressant de nouer des liens avec d’autres startups dans le même secteur d’activité, ou au sein du même écosystème. On peut imaginer de nombreuses manières de mettre à profit ces partenariats. Par exemple en animant des webinaires ensemble, ou encore en faisant du backlinking pour augmenter l’autorité de son site internet. 


Ici, l’idée est de partager son réseau, et de bénéficier en contrepartie du réseau des partenaires. 


Enfin, il ne faut pas négliger le pouvoir des évènements dédiés à l’entrepreneuriat. Dans ce cas, Hela explique que l’on peut identifier en amont quels sont les évènements sur lesquels il est pertinent d’être présent. Une autre bonne pratique consiste à repérer les personnes qu’il serait intéressant de rencontrer. Le tout, c’est de bien se préparer : on peut se fixer un objectif par évènement, ou encore, se créer une to-do list.


Nous discutons ensuite du pouvoir des réseaux sociaux. 

Communiquer sur les réseaux sociaux  


En 2021, j’ai tellement entendu d’injonctions quant à l’utilisation de Linkedin en B2B que j’étais curieuse d’avoir l’avis d’Hela sur le sujet. Est-ce vraiment obligatoire d’être actif sur Linkedin quand on est en B2B ?


Pour Hela, non, Linkedin n’est pas obligatoire. Cependant, on ne peut pas nier que la plateforme est  un bon moyen de créer des opportunités. Communiquer via Linkedin permet bien entendu de générer de la visibilité sur son projet, mais aussi de construire sa légitimité, et d’affirmer sa casquette d’expert métier. 


Pour nuancer, on rappelle que beaucoup d’entreprises ne sont pas actives sur Linkedin, mais s’en sortent tout de même très bien? Le tout c’est de tester pour trouver le canal qui apporte le plus de résultat. 


Chez Palm, le secret d’une communication bien rôdée, c’est de poster régulièrement sur des thématiques identifiées. Attention tout de même, Hela souligne que poster sur Linkedin peut contribuer au succès commercial, mais ce n’est pas suffisant. On ne peut pas signer un deal juste parce que l’on a écrit un post sur Linkedin. L’idée c’est plutôt de l’associer à une stratégie de développement commercial, qui inclut de la prospection par mail, couplée à l’utilisation des réseaux sociaux. 


Pour terminer l’interview, je demande à Hela de revenir sur la notion de co-développement de son produit. 


‍


‍


Comment impliquer ses clients dans le développement de son produit


Hela explique que les partenaires de Palm sont régulièrement impliqués dans le développement de la solution. Bien entendu, il existe une roadmap produit définie selon la vision que l’équipe a envie de porter, mais cette roadmap s’enrichit de plusieurs façons : 


  • En travaillant avec des clients chez qui Palm est dĂ©jĂ  dĂ©ployĂ©.
  • En impliquant des experts mĂ©tiers qui partagent leur expĂ©rience
  • En discutant avec des prospects qui sont intĂ©ressĂ©s par la solution, et qui aimeraient avoir des fonctionnalitĂ©s supplĂ©mentaires. 


Travailler avec ses parties prenantes permet de développer un produit qui se positionne selon trois critères : 


  • Ce qu’attendent les utilisateurs (en termes d’expĂ©rience)
  • Les cas d’usages (comment les utilisateurs se servent du produit)
  • La vision en interne (la direction que veut prendre l’équipe de Palm)


Trouver le bon équilibre entre ces critères permet de proposer le produit le plus qualitatif possible. 


Nous terminons l’échange en abordant les objectifs de Palm pour 2022, tant en termes de développement commercial, de recrutement, de partenariats, et bien sûr, du produit. 


Merci à Hela Atmani pour son retour d’expérience.


‍



Liens utiles


Pour contacter Hela :

Sur Linkedin


Pour en savoir plus sur PALM :

https://www.palm-app.ai/

‍